Aujourd'hui, le thème sera "eurasienne", avec une petite robe issue du métissage d'un patron japonais -un top allongé- et de l'encolure du modèle Sofia (C'est Dimanche) -et encore, je ne parle pas du tissu anglais, sinon, l'analyse généalogique se complique...-

Et oui, je retente LA robe en liberty, mais cette fois-ci, j'ai décidé de tirer leçon de mes erreurs précédentes -aïe! ça fait toujours mal d'y repenser-, qui m'ont permis de définir les 3 règles d'or pour l'utilisation du liberty dans la confection d'une robe:

1 - savoir choisir l'imprimé: si on penche pour un look à la Laura Ingals plutôt qu'à la Magnum -aïe-, le choix du liberty est essentiel! On suit donc les conseils de celles qui savent faire, à savoir, utiliser un imprimé foncé -et dans mon cas, on ne court même pas le risque de la moindre initiative, on copie Faustine!!-

Liberty2
liberty tatum aubergine: shaukat

2 - éviter les fronces sur un devant d'encolure de robe -aïe!!- : on évitera par la même occasion, des questions du genre "c'est pour bientôt?", "fille ou garçon?"... la solution: des petits plis pour remplacer les fronces qui ont l'avantage de 'plaquer' la forme.

liberty1
Bouton: la Fée Créative à Colomiers

3 - et pour finir, sur un tissu aussi fin, il est indispensable de trouver une solution pour "plomber" un peu la chose, sous peine de se retrouver avec une robe de chambre améliorée pour modeuse du 4ème âge -aïe!!!-. Alors qu'un simple petit volant pour rajouter un peu de poids à la base, ce n'est pas si compliqué:

Liberty3

Et voilà: non seulement je suis à jour dans mon défi 'une robe par mois', mais en plus, je l'ai -enfin- MA robe en liberty, celle qui aura l'honneur de dépasser le seuil de la porte d'entrée de la maison!!
Je me demande même si je ne vais pas ressortir mes Doc Martens pour l'occasion, histoire de casser un peu son allure "fillette"...